CONURE A JOUE VERTES


 

Conure à joue verte

Conure à joue verte

Conure à joues vertes (Pyrrhura molinae)
Ou Conure à oreillons verts, Conure de Molina, et en Anglais Green-cheeked Conure

Généralités
Les conures à joues vertes sont originaires d’Amérique du Sud. Elles sont présentent en Argentine, en Bolivie, au Brésil, et au Pérou. Elles ont été vues pour la première fois en 1854 et elle fut reproduite en captivité en 1973. Elle mesure près de 26 cm, et son plumage est à dominance verte. Il n’y a pas de dimorphisme entre mâle et femelle, un sexage ADN est nécessaire pour former un couple. La conure à joues vertes a une espérance de vie entre 20 et 25 ans.Alimentation
Son alimentation se compose d’un mélange de graines pour Coskatiels, et petites perruches, avec bien évidemment, comme une diète complète et variée générale du perroquet, c’est-à-dire : germinations, fruits et légumes, suppléments en minéraux et vitamines (et pâtée aux œufs) en période de mue et de reproduction, os de sèche, blocs minéraux, fruits séchés, pousses fraiches, graines mi-mures, etc.Comportement 
Certaines conures peuvent apprendre à parler facilement et d’autres non. Cela dépendra du caractère et de la bonne volonté. Cela ressemblera à une voix nasillarde. La période d’adolescence se fait ressentir chez la conure à joues vertes. Enfin, elle est très sociable, joueuse, convivial et adaptable. C’est un petit perroquet intelligent, jovial et affectueux.

Reproduction
Les pyrrhura molinea se reproduisent en volière comme en boxe de reproduction (au moins 1 mètre sur 1 mètre). Le nid mesure 25x25x40 cm au minimum avec un trou de vol de 6 cm. Il faudra mettre dans le nid un lit de copeaux de bois. La maturité sexuelle des conures à joues vertes intervient après leur 1 an. Le nombre d’œufs est de 6 à 8 avec une ponte à intervalle de 2 jours. L’incubation dure entre 21 et 24 jours. Le mâle nourrit la femelle. Dès que le nid est placé, le mâle l’inspecte et incite la femelle à venir visiter. Ils y passent leurs nuits. La femelle reste de longs moments dans le nid à gratter les copeaux.

Les mutations
• Cinnamon (issu de metissage, hybridation)
• Opaline (issue de l’Hypoxantha, mutation apparue à l’état sauvage, hybridation entre australis et molinae)
• Ananas (combinaison des mutations Cinnamon et Opaline, issu de metissage)
• Turquoise (issu de metissage, hybridation entre sordidae et une autre sous espèce)
• Misty, gorge rouge, américan dilute et suncheeks (issu de metissage, hybridation)

Il y a cinq sous-espèces de conures à joues vertes : 
• P. m. molinae,
• P. m. phoenicura,
• P. m. sordida,
• P. m. restricta,
• P. m. australis.

Pyrrhrura molinae Australis
Cette sous espèce arbore une calotte noire moins lumineuse que la forme nominale, des joues vertes, des oreillons grisâtres, avec un cercle oculaire blanc en haut et qui devient jaune en descendant. Le ventre est rouge, mais beaucoup plus clair que l’espèce nominale, et moins abondant. En général, la femelle est beaucoup moins marquée de rouge. Le bas ventre est vert. La queue est rouge bordeaux, au dessus et en dessous. Le dos est complètement vert, les ailes sont vertes avec les rémiges primaires bleues. La mutation Hypoxantha est issue de la sous-espèce Australis.

Pyrrhrura molinae molinae
Cette sous espèce se trouve confinée sur les hautes terres de l’est de la Bolivie Le plumage est principalement vert. Le haut de la tête, la couronne, et le crâne sont bruns mélangés de vert. Sur le front la plupart des oiseaux montrent une coloration supplémentaire de rouge-brun. Sur la nuque, il y a quelques plumes bleues qui ne sont pas toujours faciles à voir. Les lores et les oreillons sont verts, les plumes couvrant les oreilles sont brun grisâtre. Les plumes sur le côté du cou, de la gorge et du haut de la poitrine sont brunâtres ou d’un faible brun grisâtre, chaque plume portant une nette démarcation formée par un liseré gris pâle brunâtre ou faiblement jaunâtre.

Cette bordure de plume apparaît quelquefois si pâle sur la gorge qu’elle semble presque blanche. Le bas du poitrail est vert et tourne au brun rouge sur le ventre. Les cuisses et le plumage du dos sont verts. La courbure et le côté de l’aile sont verts. Les plumes primaires de couverture et le côté extérieur des plumes de l’aile sont bleus. Le bas de l’extrémité des plumes de couverture de la queue sont vertes. Les plumes de la queue sont brunes sur le dessus, avec du vert à la base, et brun-rouge en dessous. Le bec est gris, le tour nu de l’oeil est blanchâtre, l’iris est brun et les pattes sont gris foncé. Les jeunes immatures présentent une coloration plus terne de la tache rouge du ventre.

Avec l’importante tache rouge sur le ventre et la bordure distincte sur les plumes de la gorge, la forme nominale de l’espèce est fortement différenciée des sous-espèces ci-dessous.

Pyrrhrura molinae sordida
Elle est originaire du sud du Mato Grosso, Brésil, et au voisinage de l’extrême est de la Bolivie. Son plumage est comme la P. m. molinae mais l’ensemble du plumage est plus terne. Le haut de la tête et la couronne sont marron plus pâle que pour la forme nominale; le vert des joues est plus pâle et moins étendu et peut montrer une touche de bleu. Mais la caractéristique essentielle concerne le plumage de la poitrine qui apparaît presque d’une couleur uniforme blanc brunâtre terne; le côté de chaque plume n’est plus clairement distinguable, il est possible que cette coloration puisse varier. La tache abdominale brun-rouge est plus pâle et moins proéminente; l’apparence des primaires est d’un bleu plus pâle; le dessous des plumes de la queue est fondu avec du bleu. Les jeunes immatures ont moins de rouge sur le ventre, l’ensemble du plumage apparaît très terne et décoloré. Importée occasionnellement. Cette sous-espèce diffère de P. m. australis et P. m. molinae par la moindre étendue du rouge sur le ventre et de P. m. restricta parce qu’elle est d’un vert général plus terne et que le bleu est absent sur les flancs et les cuisses; cependant quelques spécimens ont du bleu très atténué sur les joues. La mutation turquoise qui a été observé chez la molinae sordidae.

Pyrrhrura molinae restricta 
Elle est uniquement rencontré en Bolivie dans la région de Palmarito, Chiquitos. Son plumage est comme la P. m. molinae mais le vert des oreillons est teinté de bleu; un collier bleu sur le haut du cou est toujours très apparent; les plumes sur les côtés de la nuque, la gorge, et le haut du poitrail sont très bordés de blanc-grisâtre à la place du gris-fauve; la tache abdominale brun-rouge est de couleur plus atténuée et moins étendue; les flancs et le dessous des ailes de couverture de la queue sont fortement teintés de bleu. Cette sous-espèce, la plus petite des P. molinae, est une version bleue de la .P. m sordida. Elle diffère aussi des deux autres sous-espèces importées habituellement par sa faible coloration rouge sur le ventre.

Pyrrhrura molinae phoenicura 
Elle est
originaire de l’ouest du centre du Mato Grosso, Brésil et au voisinage
du nord-est de la Bolivie. Elle mesure un peu plus petit: 24 cm. Le
plumage est comme la P. m. molinae mais la partie supérieure de la queue
est largement marqué de vert et de rouge bordeaux. Cette espèce est
absente de nos élevages.

Laissez un commentaire